Confrontés à une pluralité d’informations en ligne
, il arrive que les élèves participent eux-même à leur viralité en partageant sans vigilance. Une éducation à la citoyenneté doit passer par un « activisme » critique envers la validité de ces contenus et leurs intentions. En s’appuyant sur l’EMI et l’Enseignement Moral et Civique, au travers d’un EPI, il est possible de construire des projets pédagogiques qui permettent de comprendre le processus qui fait se construire et se propager de telles informations.

 

Présentation de l’action :

L’EPI Detox, proposé en 4ème, permet de travailler ces questions, dans l’optique d’adopter une démarche d’investigation face à l’information, par l’ « anatomie » de messages posant problème. Il s’agit également d’appréhender de l’intérieur la désinformation, en concevant soi-même un message de type-canular. Dès lors, quelle différence y-a-t-il entre information virale sur le net, et leur propre création ? Quels réflexes adopter, quelle(s) démarche(s) suivre, pour débusquer le vrai du faux?

 

Référent

  • Descripteurs  : évaluation de l’information ; désinformation ; média en ligne ; sens critique
  • Date de la création de la ressource :15/05/2017
  • Date de péremption de la ressource  : 04/03/2022
  • Nom du documentaliste : Raphaël Heredia
  • E-mail : 

 

Cadre

  • Nom de l’établissement : Collège Victor Schoelcher
  • Niveau des classes : 4ème
  • Nombre d’élèves concernés  :  classe entière
  • Cadre pédagogique : EPI  (EMC / EMI)
  • Enseignants : professeur-documentaliste / Professeur d’EMC
  • Durée et nombre de séances : 7 heures – Trois étapes

 

TICE

  • S’approprier un environnement informatique de travail
  • Adopter une attitude responsable
  • S’informer / se documenter
  • Communiquer l’information
  • Logiciels et outils TICE : Traitement de texte / ENT / Carte mentale / Outils de création visuelle au choix

 

Descriptif

  •  Objectifs pédagogiques :
    • Adopter une attitude critique face aux contenus qui se diffusent notamment sur Internet et les réseaux sociaux, en élaborant collectivement une démarche à suivre afin de valider ces informations.
    • Comprendre les rouages d’une fausse-information en créant soi-même une info-canular (dans le respect de certaines règles de non-atteinte à autrui) en faisant appel à sa créativité.
  • Compétences documentaires:
  • Rechercher de l’information
  • Identifier des sources
  • Évaluer et valider l’information
  • Restituer
  • Produire de l’information
  • Compétences du socle commun : 
Domaine 2   – « Médias, démarches de recherche et de traitement de l’information »                

  • Comprendre les « modes de production de l’image »
  • « Utiliser des outils de recherche »
  • « Traiter les informations collectées, organiser, mémoriser »
  • « Construire des connaissances à partir des informations collectées »
Domaine 3

  • « Comprendre les valeurs dans les sociétés démocratiques »
  • « Réflexion et discernement » / « fonder ses jugements »
  • « Être responsable »
Domaine 5      

  • « Imaginer, concevoir, réaliser des productions »
  • « Mobiliser sa créativité »
  • « Développer jugement, goût, sensibilité »

  • Production finale :  Tableaux de décryptage d’une liste d’informations / Carte mentale avec les démarches à suivre face à une fausse information / Création de canulars. Publication sur le site du collège.

 

Déroulement de la séquence :

  • Pré-requis :

Savoir rechercher des preuves de la véracité d’une information (6ème/5ème) de manière collective -> Des séances de ce type sont effectuées au collège Victor Schoelcher, dans les niveaux antérieurs. (Exemple de séance en 6ème : Canular ou vraie info ?)

  • Etape 1 – Je décrypte un contenu (3 heures)
    • 1. Présentation de l’objectif : apprendre à ne pas être passif face aux fausses informations. Savoir déjouer soi-même pour ne pas être manipulé.
    • 2. Rappel du fonctionnnement d’un EPI (pluridisciplinarité / lien avec le DNB)
    • 3. Discussion sur les types de fausses informations : rumeur, canular, image détournée, complot, propagande, hoax, préjugés…
    • 4. Mise en activité d’investigation : Analyse d’une fausse information, par deux.   A partir d’une liste de fausses-informations supposées, les élèves sélectionnent un canular et remplissent un tableau d’analyse pour décrypter leur information choisie dans une liste, sur le site de l’établissement. Le but est d ‘identifier la source, l’auteur, l’intention, les lieux de diffusion , etc.
Quelques exemples d’informations proposées  Lien sur Internet
Souhaitez son anniversaire à cet enfant malade ! (le like-farming)
Du Macdo à la cantine
Baballes dangereuses pour les chiens
La poste va rendre les mails payants
Du riz en plastique
Les minions inspirés par une expérience nazie
Le migrant agresseur
Un ado découvre une cité maya
Facebook vous coûtera bientôt 5,99
Une arme américaine pour modifier le climat
Le restaurant cannibale à Padoue

 

  • 5. Restitution aux autres groupes, à partir du tableau d’analyse ci-dessus.
Quelques exemples de restitution

 

  • Etape 2 : J’élabore une démarche critique ( 1 heure )
    • 1. Présentation de l’objectif suivant : à partir de sa propre analyse dans l’étape 1, réfléchir aux réflexes à avoir face à une information, pour adopter une marche à suivre.
    • 2. Mise en réflexion : Par groupe, les élèves réfléchissent à des conseils à adopter selon un type d’information : image, canular, théorie du complot…
    • 3. Mise en commun sur une carte mentale : les élèves énoncent collectivement les réflexes à adopter pour avoir une démarche d’investigation cohérente.

Parmi les éléments à prendre en compte, notamment :

  • identifier l’auteur, sa fonction
  • vérifier la date de l’information
  • Rechercher le but, l’intention du site (rubrique « contact », « à propos »?)
  • Authentifier une photo : en cas d‘image, faire une recherche inversée pour trouver la source (dépôt dans Google images, par exemple) / Observer un éventuel montage
  • Recouper avec d’autres sites (sachant qu’une fausse information peut être virale, cela ne suffira pas. Ils faut donc recouper avec des sites experts ou reconnus).
  • Observer l’orthographe : se méfier des excès de ponctuations pour « surprendre », des fautes nombreuses…
  • Faire appel à son intuition, son sens logique
  • Faire appel à des connaissances scientifiques, ou des paroles d’expert.
  • Vérifier les chiffres énoncés, s’il y en a (fact checking)
  • Vérifier si les personnes, organismes cités, pour appuyer le propos, sont fiables.

 

  • Etape 3 : Je crée un canular, pour en comprendre les rouages (trois heures)
    • 1. Présentation de l’objectif  : créer un canular.
      Responsabilisation : le but est de créer un canular qui ne soit pas trop polémique, qui ne porte atteinte à personne, en axant sur une idée farfelue, ou drôle, si possible.
    • 2. Phase de création au choix : montage vidéo (avec Powtoon, Animoto, Ou Adobe Spark, par exemple), information textuelle ou picturale.
      Le but est de laisser libre cours à la créativité des élèves en fonction de leurs préférences. Ce qui prime c’est la qualité de l’information et des corrélations choisies en vue du canular.
    • 3. Partage « encadré » :
      Il est possible de partager le canular : sur sa page Facebook, par exemple, pour voir si d’autres partagent. Pour cela, il faudra veiller à ce que les canulars restent « bon enfant ».

Bien cadrer l’exercice avec les élèves :

  • Vous pouvez utiliser des faits ou des éléments de l’histoire, puis les manipuler comme si vous aviez découvert un sens « secret ».
  • Cette théorie ne doit pas être insultante envers une personne ou un groupe, un pays, un gouvernement, une institution,  une marque, une religion, un groupe ethnique, etc. Pas de discrimination ni de haine.
  • Trouver des corrélations : exemple, des évènements qui arrivent en même temps, qu’on peut relier !
  • Pour éviter de diffuser des fausses informations, une fois le canular partagé, il faudra énoncer clairement qu’il s’agissait d’une expérience afin de déjouer les fausses-informations.

4. Bilan de l’EPI :

  • présentation, évaluation des canulars créés
  • rappel de ce que l’on a appris,
  • rappel de l’importance de vérifier l’information.

 

Commentaires :

Le but n’est pas de leur présenter de manière dogmatique ce qui est la vérité et ce qui de l’ordre du mensonge. C’est à eux de se forger leur avis à partir des informations qu’ils trouvent sur chaque contenu, et bien de confronter leur jugement aux autres et face aux indices qu’ils décèleront.

Finalement, de nombreux canulars n’ont pas été partagés sur les réseaux, de peur que l’information soit prise au sérieux. On pourrait être déçu ne pas aller au bout du processus, mais cela a montré quelque chose qui n’avait pas été soupçonné, au moment de faire créer ces canulars aux adolescents. A savoir que les élèves se sont rendus compte du « pouvoir » d’une fausse-information : leur travail n’a pas été publié car il pouvait avoir des conséquences, si certains y croient. L’image ci-contre en est un exemple.

 

 

 

 

Ressources supplémentaire pour les élèves :

Franceinfo junior. D’où viennent les fausses informations et comment les reconnaître ? Une émission qui explique comment décrypter l’info.

 
Hoaxbuster : le site qui décrypte chaque rumeur ou information problématique, sur le du web.
Les Clés des médias : 25 épisodes pour comprendre l’info C’est quoi une information ? Qu’est-ce qu’une source ? La hiérarchie de l’information. La publicité dans les médias. Les journalistes disent-ils tous la même chose ? Les journalistes sont-ils objectifs ? Les données personnelles. Etc. clés des medias
Les décodeurs : créé par le journal Le Monde – un site qui débusque le vrai du faux, dans les médias et sur la toile.
Enseignements pratiques interdisciplinaires et prof-doc : l’EPI Detox

6 pesnées sur “Enseignements pratiques interdisciplinaires et prof-doc : l’EPI Detox

  • 14 avril 2017 à 10 h 11 min
    Permalien

    Super EPI Raphaël ! Merci à ton collègue avec qui tu as pu collaborer et à l’esprit qui règne dans ton établissement : le profdoc y a toute sa place apparemment !

    Répondre
  • 15 avril 2017 à 9 h 23 min
    Permalien

    Bonjour,
    Super travail ! Je crois que je vais m’en inspirer pour l’année prochaine dans le cadre d’un EPI plus long sur la Liberté (15 h donc 1/2 année ) en 4è toujours .

    Répondre
  • 18 avril 2017 à 9 h 14 min
    Permalien

    Bravo pour la richesse de cette séquence ! De la collaboration, des ressources, du numérique et surtout de la pédagogie… L’enseignant-documentaliste est dans la place !!!

    Répondre
  • 14 mai 2017 à 17 h 27 min
    Permalien

    Bonjour,

    Pour la création du « complot », vous dites mettre les enfants par groupe :
    Homogène ou hétérogène (de niveau) et pourquoi ?

    Cordialement

    Répondre
    • 14 mai 2017 à 18 h 10 min
      Permalien

      Bonjour, merci d’avoir pris le temps de lire cet article.

      L’EPI a été fait avec une classe TRES hétérogène, et en grande difficulté. Nous n’avons pas spécifiquement choisi les équipes, préférant nous centrer sur les compétences d’esprit critique et de créativité. Pour ce faire, nous avons laissé les élèves se mettre par affinité.

      Répondre
      • 14 mai 2017 à 18 h 56 min
        Permalien

        Merci pour la rapidité de la réponse.

        J’imagine qu’un enfant qui se retrouve dans un groupe dans lequel il n’a pas forcément d’affinité a plus de risque de se retrouver inhibé et de ne pas s’investir pleinement dans la création.

        Je prépare l’oral du CRPE et mon dossier est sur cette thématique. Votre travail me permet de revoir certains points de ma séquence c’est super : ).

        Merci encore d’avoir partagé votre travail.

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *