L’objectif du MoocDoctice a été de rassembler une communauté de professeurs documentalistes de l’ensemble des académies

françaises autour de la co-construction de scénarii pédagogiques en information documentation, réutilisables immédiatement auprès des élèves et publiables sur les Edubases documentation.

Le projet s’inscrit dans le cadre des TraAM documentation dont la thématique 2012-214 était : « favoriser l’accès, mettre en valeur, diffuser les ressources numériques, en direction des élèves, des équipes pédagogiques et des réseaux ».

Outils

  • Nous avions fait le choix de ne pas utiliser de plateforme d’e-learning pour ne pas enfermer les participants ; ce choix s’est révélé très pertinent car cela a permis un engagement des MOOC-A sans difficulté technique et avec une proximité, un réinvestissement de leurs usages et pratiques personnelles.

  • Messagerie, notifications, GoogleDrive et Hangout ont été au cœur du dispositif articulé autour de la communauté Google+ avec le portail qu’a constitué le site académique des documentalistes (associé à un nom de domaine simple à retenir). A noter que les “rencontres à distance” à l’aide de hangout (vidéo) ont pallié l’absence de “rencontres en présence”, ce qui a, aux dires des MOOC-A, évité des abandons et permis la remotivation et la personnalisation. C’est une aide indispensable pour les MOOC-T, dans le suivi des personnes et des groupes et dans le tutorat mis en place, et très utile pour les MOOC-A, dans leur travail entre pairs et les échanges interpersonnels.
    http://moocdoctice.fr.

  • La dimension de partage de documents et de ressources a été facilitée par la mise à disposition par les MOOC-T du carnet d’adresses des utilisateurs. Il semble fondamental de pouvoir très rapidement se constituer une liste des coordonnées des utilisateurs dans Gmail pour enclencher les prises de contacts à partir de cet outil familier qu’est l’e-mail.

  • La communauté Google+ (privée, réservée aux inscrits) a permis un déploiement rapide des ressources, et de nouveaux outils sans que les Mooc-tuteurs ne l’aient imposé. La présentation successive et chronologique, croisée avec la catégorisation et les possibles marquages (tags) a rendu son utilisation très fluide et gommé la distance géographique.

  • Les MOOC-A se sont emparés des outils du web participatif pour construire et élaborer leurs propres stratégies d’apprentissage accompagnée par leurs pairs, et sans heurts ou blocage technique insurmontables. Les outils du web 2.0 ont été plébiscités spontanément par les MOOC-A dans la formalisation de leur Environnement Personnel d’Apprentissage.

    http://www.pinterest.com/caroalbertini/moocdoctice-environnements-personnels-dapprentissa/

Ingénierie éducative

    • Une progression explicitée, avec des objectifs détaillés, et une organisation facilitante ont permis aux MOOC-A de savoir où les emmenait cette formation. Le cadrage assez formel a permis une autonomisation réelle jusqu’à un certain affranchissement qui a fait de certains MOOC-A des accompagnants des autres MOOC-A. Ces animateurs de la communauté et des groupes de travail ont réussi à faire ce qu’une organisation hiérarchique (des MOOC-AC accompagnant) n’a pas réussi à mettre en œuvre tel que nous l’avions prévu.

    • Une réactivité organisationnelle permettant de répondre aux besoins, au fur et à mesure de l’avancée du MOOC, a permis de s’adapter en permanence à l’avancée du groupe. La communauté a su mettre en avant la relation humaine pour compenser l’aspect distanciel.

    • Un pilotage horizontal, fondée sur la confiance et l’entraide entre pairs, a favorisé le travail collaboratif tout en attribuant des rôles spécifiques aux différents membres de l’équipe.

    • L’équipe a été au centre des préoccupations de la préparation, de l’organisation et du vécu du MOOC : des échanges, constants et des rapports fondés sur la confiance réciproque ont permis de trouver des consensus sur les modalités de fonctionnement tout au long de l’avancée du MOOC. La reconnaissance du travail de chacun a permis de dépasser la simple participation ou coopération, mais d’engager une véritable collaboration qui valorise l’implication positive et reconnaît la place de chacun.

Pédagogie

  • Le cœur de la demande de formation des MOOC-A n’était explicitement pas les outils ou les ressources mais bien l’accompagnement proposé avec un cadrage et une réflexion pédagogique qui a su mettre en lumière “l’artisan-pédagogue” que peut être le professeur-documentaliste.

  • La mise en activité réelle et concrète sur des thèmes en phase avec des préoccupations professionnelles reconnues et ciblées a favorisé une implication forte (55% de déperdition) des MOOC-A et a rendu nécessaire et évidente l’appropriation des outils numériques, à prendre la distance suffisante pour un réinvestissement professionnel à des fins de productions pédagogiques.

  • On a vu se vivre la nécessaire relation entre la technologie et la pédagogie avec des interactions permanentes. La culture numérique n’a pas seulement permis de maîtriser des outils numériques mais de créer des liens entre les outils, les publics, les pédagogies afin de s’adapter aux besoins rencontrés.

  • C’est bien dans la médiation que se fait la fameuse plus-value pédagogique de ce MOOC et non pas dans la simple maîtrise des contenus disciplinaires, didactiques. Cela a nécessité une adaptation permanente de la conception du métier même d’enseignant ou de formateur.

Conclusion

  • C’est précisément le type de formation qui convient dans le cadre de la formation continue des enseignants, voire dans la préparation de l’oral du CAPES. L’implication est suffisamment forte que la communauté continue à vivre !

  • Le MOOCdocTICE a été innovant non par les outils utilisés ou les méthodes pédagogiques mobilisées, mais par le fait de refuser de “faire comme avant”.

  • L’accompagnement très impliquant, tant des MOOC-A que des MOOC-T, a permis d’avoir une taux de déperdition assez faible par rapport à d’autres MOOC et aux taux connus d’abandon. La contrepartie est une nécessité de s’engager pleinement dans la formation sous peine d’être “noyé” par l’importance des échanges.

  • Consultez les réponses au questionnaire bilan avec les MOOC-A.

 

En quelques mots et quelques chiffres

Qui ?

  • Inscrits : environ 200 collègues : référents disciplinaires, référents numériques, inspecteurs, DANE… Inscriptions volontairement limitées compte tenu de la demande, notamment des professeurs documentalistes.

  • Participants actifs au dispositif : environ 100.

  • Participants à la communauté Google+ : 215 personnes.

  • Lexique : MOOC-A : apprentis (stagiaire) – MOOC-T : tuteurs (formateurs) – MOOC-AC : accompagnant

Quand ?

  • 6 semaines en février-mars (y compris les vacances) : du 10/02/14 au 28/03/14 (2ème semaine des vacances : relâche) Une 7eme semaine nécessaire pour finaliser les travaux.

  • 6 x 4 heures = 24h (soit l’équivalent de 3 jours de formation en présentiel) pour les participants au MoocDoctice.

  • Temps de travail essentiellement pris sur le temps personnel.

  • Un temps fort par semaine en synchrone (30 min – 40 min) (webinaire, présentation d’un lieu, d’un projet, etc.)

  • Un temps de travail de 150 heures par tuteur soit un MOOC à 1350 heures de travail non rémunérées !

Quoi ?

  • Un Environnement Personnel d’Apprentissage (EPA), un environnement numérique qui sert de cadre et de support à un apprentissage en ligne créé par l’ensemble des participants, avec une réelle appropriation des outils du Web 2.0.

  • 19 séquences pédagogiques créées intégrant les outils numériques et une formation des élèves à l’EMI (grains au format SCORM (inter-opérabilité et pérennité) et sous licence CreativeCommons)

  • 15 séquences remontées sur les Edu’ Bases à ce jour.

Où ?

  • 100% de la formation en ligne avec des outils du web 2. 0 : communauté G+, Hangouts, Google docs, Twitter, Facebook…

Comment ?

Pédagogie :

  • pédagogie de projet

  • co-construction, co-rédaction, co-production de contenus : démarche horizontale, inductive, basée sur les compétences repérées chez les apprenants.

  • « learning by doing » : pédagogie active.

  • travail par équipe systématique.

  • autonomie et initiative des stagiaires.

  • pas de certification de cette formation, mais finalement inutile car reconnaissance du travail entre pairs et remontée des séquences, donc validation de l’institution.

Animation :

  • animer une communauté d’apprenants (des compétences construites par les tuteurs)

  • une communauté qui s’auto-anime et qui s’est affranchie des tuteurs

  • une confiance des inspecteurs, qui ont apporté un regard bienveillant

  • une importance accordée à la qualité et à la mise en relation des MOOC-A

Rédaction collaborative du bilan par les équipes TRAAM et MOOCdocTICE.

Notre bilan du MOOCdocTICE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *