Alors que les CDI ont fermé leurs portes au public le 14 mars dernier dans le but de freiner la pandémie du coronavirus (Covid-19), les professeur•es documentalistes s’interrogent sur leur rôle, voire sur leur utilité publique, en temps de crise.

Pour répondre à ces interrogations, dans le cadre d’une série de publications sur nos missions en période de confinement, nous proposons dans cet article des pistes pour garder le contact avec nos élèves, sans pour autant accroître la charge de travail ou de messages qu’ils reçoivent.

Comment cibler leurs besoins et envies tout en menant nos missions de professeurs documentalistes ? Quelles activités leur proposer pour les aider à déconnecter ? Comment être présents sans les noyer sous les informations ? Comment leur offrir une culture oxygénante à distance, à l’heure où 53% des internautes français placent la consommation des biens culturels en tête des activités indispensables en période de confinement ?

 

1. Cibler les besoins

Comment recueillir les besoins et les envies des élèves à distance? Outre l’appel téléphonique aux élèves préconisé dans plusieurs établissements, voici quelques sondages mis en place selon les établissements et selon les outils numériques disponibles : celui diffusé au collège Sainte-Marie d’Ornans, celui élaboré par les professeurs documentalistes et l’équipe CVL / MDL du lycée Duhamel de Dole.

Afin de protéger les données, il est particulièrement recommandé de passer par les ENT : vous trouverez en ligne un tutoriel pour réaliser une sondage via Eclat-BFC. Sinon, Framaforms est une autre solution, libre, si l’établissement ne dispose pas d’ENT (tutoriel).

 

2. Répondre aux besoins

  • Par des ressources et des thématiques

Eloigné•es des Centres de Documentation et d’Information et de leurs publics, les professeur•es documentalistes se sont emparé•es de leurs outils de veille, au risque de noyer élèves et enseignants sous un flux de ressources, d’autant plus qu’il vient s’ajouter à une somme d’informations numériques.

Nous avons classé nos sélections en 6 groupes d’activités :

  1. lire, écrire, s’informer ;
  2. fabriquer, expérimenter, cuisiner ;
  3. prendre soin de soi, bouger ;
  4. admirer, dessiner colorier, photographier ;
  5. jouer ;  écouter, regarder.

Nous avons veillé à proposer aussi des temps de déconnexion. Il s’agit de sélections : notre but n’est pas de recenser toutes les offres mais de choisir celles qui nous semblent les plus pertinentes à nos élèves de collège et lycées.
Nos supports sont tous placés sous licence Créative commons : vous pouvez les utiliser.

Lire, écrire, s’informer

 

Fabriquer, expérimenter, cuisiner

Bouger, prendre soin de soi


 

Admirer, dessiner, colorier, photographier

 

 

Jouer

 

Ecouter, regarder

 

 

  • Par des activités

Partager le fruit de sa veille sur le portail documentaire, sur le site de l’établissement, via l’ENT ou les réseaux sociaux est une première étape mais les élèves peuvent ne pas s’en servir et passer à côté. Ils peuvent aussi s’y intéresser superficiellement une fois et ne jamais y revenir.

Nous sommes questionné•es sur la façon de les inciter à revenir et à établir des échanges avec nous. Dans le document suivant, nous vous livrons nos pistes avec quelques exemples.

 

La période des vacances de printemps approchant, nous nous sommes aussi interrogé•es sur notre mode d’action : nos élèves ont besoin de décompresser et de déconnecter.

Mais avec celles et ceux qui sont confiés dans des espaces exigus, dans la promiscuité, qui ont souvent pour seule fenêtre sur l’extérieur les contacts avec l’école, nous avons du mal à envisager de couper tout contact, congés scolaires ou pas.
Nous avons choisi un compromis : voici par exemple un parcours d’un.e scientifique en vacances confinées élaboré en collaboration avec un enseignant de physique-chimie.

 

Certain•e•es d’entre nous ont des retours des élèves, que ce soit via les outils académiques ou encore les réseaux sociaux. Leurs besoins évoluent au gré du confinement : garder un lien et s’échapper un temps du quotidien sont l’expression de leurs attentes actuelles.

Aussi, à l’approche des congés, notre désir en tant que professeur•e documentaliste est de permettre ces pauses récré’hâtives. Il est évident que cette distanciation sociale souligne un besoin de collectif, d’échanges, de rester connecté•e, d’être virtuellement ensemble tout en étant physiquement isolé•e.
Pour certain•es, la pause s’impose suite à l’investissement personnel fourni ces quatre dernières semaines. Pour d’autres, les vacances couplées à cette situation de confinement sont synonymes de rupture de lien et peuvent amplifier ce sentiment d’isolement.
Garder un lien avec les élèves oui, mais de façon ponctuelle, ludique, culturelle, manuelle, succincte, libre d’y adhérer ; c’est l’orientation que nous avons choisie de lui donner ici.
Parmi les pistes d’activités proposées, les défis ou les rendez-vous entretiennent ce lien avec les élèves, en témoignent les propositions variées postées sur les réseaux sociaux.

Nous ferons le point sur les différentes stratégies mises en oeuvre et à la sortie du confinement, nous aurons des retours de nos élèves sur notre présence et notre action. Et certaines propositions pourraient bien être réinvesties dans nos établissements à la fin du confinement.

A votre tour, partagez vos bonnes idées et vos réflexions en commentaires.

Article co-rédigé par  Elina Coutenot, Cécile Diet,
Mickaël Faivre, Amélie Fleury, Catherine Grisard, Raphael Heredia,
Valérie Liger, Anne Petit

 

Comment les professeur.es documentalistes peuvent-ils garder le lien avec leurs élèves en période de quarantaine ?
Étiqueté avec :            

9 avis sur « Comment les professeur.es documentalistes peuvent-ils garder le lien avec leurs élèves en période de quarantaine ? »

  • 15 avril 2020 à 10 h 24 min
    Permalien

    Un travail ENORME ! Merci à vous tous cher.e.s collègues.

    Répondre
    • 15 avril 2020 à 10 h 39 min
      Permalien

      Merci Marion Bazeaud : tu as apporté ta pierre dans la réflexion. Merci à toi aussi pour ça.

      Répondre
  • 16 avril 2020 à 0 h 12 min
    Permalien

    Excellent! Bravo pour ce travail titanesque et merci pour tous vos partages !

    Répondre
    • 16 avril 2020 à 11 h 19 min
      Permalien

      Merci Coline : n’hésite pas à partager en commentaire toute ressource que tu juges intéressante.

      Répondre
  • 17 avril 2020 à 12 h 25 min
    Permalien

    Merci beaucoup pour vos partages !!!!

    Répondre
  • 17 avril 2020 à 16 h 08 min
    Permalien

    Mer ci beaucoup! C’est vraiment un gros travail!!! Super!

    Répondre
  • 24 avril 2020 à 9 h 57 min
    Permalien

    Super ! Merci beaucoup !
    je propose aux élèves qui n’habitent pas trop loin du collège, de venir emprunter des livres, de13h30 à 16h deux après-midi par semaine. Le cdi est au rez-de-chaussée.
    Voici le message envoyé aux élèves :
    Je vous accueillerai à l’extérieur du CDI et vous donnerai les documents que vous aurez réservés, avant de venir, sur esidoc.
    Si vous avez des documents à rendre, n’oubliez pas de le faire à cette occasion. Quoiqu’il en soit, venez avec votre sac ou cartable pour emporter les livres. Ne passez pas par l’accueil du collège, venez directement devant le cdi, côté parking public.
    Vous ne pourrez pas entrer pour choisir vos documents.
    N’oubliez pas votre attestation pour vous déplacer 😉

    Répondre
  • 30 avril 2020 à 13 h 33 min
    Permalien

    Merci pour cette idée de CDI drive. Il fallait y penser. Bonne continuation.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *