Si vous êtes professeur et joueur de jeux de société, ou que le jeu en pédagogie vous intéresse cet article est peut-être pour vous. Il n’a pas la prétention d’être une analyse critique de la ludification des apprentissages, mais il propose très modestement quelques pistes pédagogiques : détournements ludiques de jeux de société qui ont suscité notre intérêt ou création in extenso d’un jeu d’écriture.

C’est dans le cadre des Travaux Académiques Mutualisés (TraAM) EMI 2018-2019 que cet article a vu le jour au travers d’une collaboration entre les académies de Nice et Besançon.

Les jeux de société au service des projets pédagogiques et littéraires

  1. Un jeu de société comme support d’un projet pédagogique, 1er détournement avec Concept (Frédérique Verdera)
  2. Détournements ludiques pour susciter l’écriture : Comment j’ai adopté une gnou/dragon ; Mysterium ; Petits meurtres et faits divers (Marion Bazeaud)
  3. L’élaboration d’un jeu pour susciter l’écriture (Roxane Obadia)

1. Un jeu de société comme support d’un projet pédagogique, 1er détournement avec Concept (Frédérique Verdera, Lycée Ledoux, Besançon)

Dans le cadre du festival littéraire des Petites Fugues, une classe de seconde devait accueillir l’auteure Nathalie Azoulai. Afin de préparer cette rencontre, nous avons choisi avec l’enseignante de lettres de nous appuyer sur le jeu de société Concept. Il nous permettait de préparer les élèves de façon active à la rencontre et de créer un lien convivial avec notre invitée grâce à une entrée en matière par le jeu.

Le jeu de société Concept :

Concept est un jeu de déduction qui se présente sous la forme d’un plateau. Sur ce plateau, un ensemble d’image-concept sont représentés. Les joueurs ont comme objectif de faire deviner à leurs partenaires/adversaires un mot, une expression. Pour se faire, ils ont à leur disposition des pions de couleur différente :  1 concept principal (le pion “point d’interrogation”) qui peut se décliner en 4 sous-concepts (les pions “points d’exclamation”). A chaque concept et sous-concept sa couleur, dont on peut affiner le sens par l’association de petits cubes colorés.

C’est donc en définissant de la façon la plus précise possible un concept et en faisant les meilleures associations d’idée que l’on peut marquer des points.

Le cadre :

L’auteure invitée a écrit treize livres de fiction avec des thèmes récurrents. Les élèves avaient comme objectif de faire deviner à Nathalie Azoulai les deux livres qu’ils avaient étudiés en classe (et seulement ceux-là) à partir du jeu Concept.

En demi classe au CDI, les élèves ont donc travaillé durant 2 heures en petits groupes sur la caractérisation d’un roman.

Concept et les compétences info-documentaires

Les élèves ont donc :

  • défini les idées/notions importantes d’un roman à partir des études qu’ils avaient réalisées en classe
  • fait des associations d’idées pour rendre compte de ces différentes notions
  • organisé et hiérarchisé leurs idées pour qu’elles prennent sens sur le plateau avec les bonnes relations entre les concepts et les couleurs des pions utilisés
  • co construit un concept en confrontant et argumentant leur point de vue entre eux et avec les autres groupes pour arriver à un choix commun présenté par la suite à l’auteure.

Déroulement et remédiations :

  • Concept a tout de suite été perçu par un petit nombre d’élève comme la formalisation sur un plateau de jeu d’un plan pour une dissertation. La logique était évidente. Et la proposition jouée était pertinente et cohérente.
  • Pour d’autres, la précision à laquelle le jeu recours les a amenés à se questionner davantage  :
    • afin de réussir à mettre sur le plateau des idées et les relations qu’elles entretiennent de façon précise. Le flou, l’à peu près ne peuvent permettre d’être compris dans ce jeu. Il nécessite de la rigueur
    • pour construire de façon claire et structurée un concept
    • une réflexion a été nécessaire, plusieurs propositions réalisées avec systématique questionnement par les enseignantes puis par les pairs sur les liens réalisés entre les notions. Les élèves sont alors amenés à se questionner sur ce qu’ils ont formalisé et ce qu’ils voudraient dire.

Bilan :

Concept s’avère finalement être

  • pour les élèves :
    • un média pertinent dans l’élaboration intellectuelle d’une notion. Il impose sous couvert du jeu de clarifier sa pensée et donc la notion étudiée
    • un jeu où chacun peut faire des propositions qui seront discutées entre pairs sans pour autant la crainte de la mauvaise réponse, car justement, ce n’est qu’un jeu ! Dans le pire des cas, on s’amuse des erreurs que l’on a faites avant de les corriger et de mettre en œuvre une nouvelle stratégie.
  • pour les enseignants :
    • un outil pour s’assurer de la compréhension d’une notion par les élèves
    • un cadre d’apprentissage où l’élève mobilise ses connaissances et argumente ses propositions en sachant que différents chemins sont possibles et cela de façon ludique

  • Un jeu, certes ludique, mais aussi exigeant
  • Un outil pour organiser sa pensée, à l’instar des cartes mentales, en co-construction avec ses pairs, sans avoir recours à des applications en ligne.

 

Poursuivre la lecture page 2 : Détournements ludiques pour susciter l’écriture (Marion Bazeaud, Lycée Lumière, Luxeuil-Les-Bains)

Les jeux de société au service des projets pédagogiques et littéraires
Étiqueté avec :                    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *